Edifices :

Mobilier :

 Images :

 

 

 

 

 

 

 

 

Service Public
Il est 07:47:22.
Nous sommes le mercredi 20 septembre 2017.
Nous fêtons les Davy.
Flash Infos :

La révolution à Vannes : Cahier de doléance de la paroisse de Vannes en Sologne (baillage d’Orléans) comptant 380 habitants et 64 feux en 1790

Suivant ordres de Sa Majesté, portés par ses lettres données à Versailles le 24 janvier 1789 et pour satisfaire au règlement y annexé (ainsi que l’ordonnance de Monsieur le Lieutenant Général du baillage d’Orléans), une assemblée générale des habitants de Vannes a eu lieu le premier jour de mars 1789 au banc d’œuvre de l’église. Il est rédigé un cahier de doléances dans lequel les habitants sollicitent :

1. Abolition du casuel forcé ou volontaire ; qu’on assure un honnête revenu au curé, proportionné aux charges du bénéfice, ainsi qu’au vicaire si l’on en rétablit un comme par le passé.

2. Abolition de la taille, capitation, corvées et tous autres impôts, y compris la gabelle ; le tout converti en un seul impôt sur toutes les terres, sans distinction d’Etats et de personnes, par les seuls propriétaires.

3. Suppression des petites justices, si onéreuses au peuple. Diminution des frais de justice. Abréviation des formes de procédures.

4. Que le syndic de la municipalité soit chargé de la police.

5. En faveur des pauvres, diminution des frais d’inventaire et de vente qui absorbent souvent le montant de la succession.

6. Abolition des dîmes et champarts.

7. Abolition des droits de franc fi ef et centième denier lors des mutations, si nuisibles dans les partages de familles.

8. Abolition des milices qui enlèvent les garçons aux laboureurs, soit par tirage au sort, pour les soldats provinciaux, soit pour les nobles qui les prennent à leur service pour les en exempter, d’où rareté de bons laboureurs.

9. Abolition des droits d’aides sur les boissons.

10. Que le syndic, assisté de deux notables et du greffi er soit chargé d’examiner chaque année la maison curiale et autres bâtiments à la charge de la paroisse ; qu’à la mort du curé, la cote-morte ou succession soit chargée de payer les frais de réparations : grosses et menues.

11. Que dans les cas où l’impôt territorial unique n’aurait pas lieu, il soit accordé une modération honnête sur les impôts actuels.

12. Que les habitants soient autorisés à entretenir eux-mêmes les chemins utiles à leur paroisse à l’intérieur d’icelle.

13. Fait à Vannes en Sologne, le 1er mars 1789.

14. Suivent 12 signatures dont celle de Claude Branchet, syndic, drapier, préposé des vingtièmes, Claude Branchet fils, greffier, Rémy commis-notaire de ville du baillage et du duché-pairie de Sully, y demeurant, président de cette assemblée, Blanchard et Lefèvre, aubergistes, Lacroix, journalier ; les autres étaient des laboureurs dont beaucoup ne savaient pas signer.

15. Jean-Charles Champault et Louis Vié, laboureurs, sont désignés (élus) pour être députés de la municipalité aux assemblées des 7 et 16 mars et jours suivants (élections du second degré à la ville : probablement Sully).

16. lls demandent qu’il leur soit accordé une gratification honnête pour leurs courses et voyages désignés ci-dessus.

 

Mentions légales | Plan du site 20, route de Tigy - 45510 Vannes-sur-Cosson     Tél. : 02 38 58 04 17 - Fax : 02 38 58 67 92          © 2010-2017 MOM