Edifices :

Mobilier :

 Images :

 

 

 

 

 

 

 

 

Service Public
Il est 07:48:08.
Nous sommes le mercredi 20 septembre 2017.
Nous fêtons les Davy.
Flash Infos :

Jeanne d'Arc à Vannes

Oui, Jeanne d’Arc est non seulement passée à Vannes, mais on peut affirmer maintenant avec certitude qu’elle s’y est arrêtée tout une nuit. Les derniers travaux visant à reconstituer les différents parcours empruntés par Jeanne remettent en cause un certain nombre de faits considérés jusqu’ici comme quasiment « certains »…

Avant tout, revenons sur les parcours empruntés à partir de 1429 : Jeanne quitte Vaucouleurs le 23 février 1429 pour se rendre à Chinon ; dans ce périple, elle passera par Gien et s’arrêtera entre Sennely et Vouzon au château dit de la « Grillière ».

Elle arrive à Chinon le 6 mars 1429, et rencontre le dauphin le 8 mars 1429 dans les circonstances « abracadabrantesques » que l’on connaît. La fameuse « mise en scène » ou le dauphin se fait reconnaître par Jeanne suscite encore aujourd’hui bien des interrogations…

En mars 1429, elle se rend à Poitiers ou elle reste 3 semaines, afin d’être interrogée par un « tribunal d’exception », puis revient à Chinon. De Chinon, elle se rend à Tours où elle arrive le 5 avril 1429 ; elle y reçoit armure, épée, étendard et chevaux. Tout un équipement digne d’une princesse… Elle quitte Tours le 22 avril pour se rendre à Blois où elle arrive le 24 avril 1429 ; elle rencontre là-bas la troupe et les chefs de guerre qui l’accompagneront pour délivrer Orléans. Elle quitte Blois le 27 avril, direction Orléans via la Sologne (Bracieux, Dhuizon, Villeny, Ligny, Ardon, Olivet, Chécy).

Jeanne arrive à Chécy dans la nuit du 28 au 29 avril, et fait halte au château de Reuilly. Elle « délivre » Orléans le 8 mai 1429 et en part le 9 mai ; notons que les derniers travaux des historiens confirment qu’Orléans n’avait nul besoin de qui que ce soit pour se libérer elle-même, sauf peut-être de courage et de motivation…

Elle arrive à Tours le 14 mai 1429 en passant par Cravant, Josnes, Séris (où elle passe la nuit) puis Blois. De Tours, elle se rendra à Loches et en partira le 24 mai pour se rendre à Selles où elle séjournera du 29 mai au 6 juin. Enfin, elle se rend de nouveau à Orléans où elle arri-ve le 9 juin, en passant par Romorantin, Chaumont-sur-Tharonne et Marcilly. La « campagne de Loire » qui dure tout le mois de juin 1429 la verra aller à Jargeau, Beaugency, Meung, Patay, Châteauneuf, Saint-Benoît, Sully et Gien. De là, elle se rend à Reims pour assister au sacre du roi Charles VII le 17 juillet ; Jeanne se lance aussitôt sur Paris pour délivrer la capitale, mais échoue et rentre à Gien le 21 septembre. C’est alors que débute la « campagne du Nivernais », qui verra Jeanne échouer à la Charité-sur-Loire : le Roi qui veut lui signifier la fin de sa mission ne lui envoie ni vivres ni argent… De Gien, elle se rend à Selles, puis à Vierzon, Bourges, Saint-Pierre-le-Moutier, Nevers, la Charité pour revenir près de Bourges à Mehun le 20 décembre.

Le 22 décembre, elle part à cheval en « petit équipage » pour fêter noël à Jargeau chez « des siens amis » rencontrés lors des événements de juin 1429 ; elle passe par Souesmes, Pierrefite, Souvigny et, prise par la nuit, est contrainte de s’arrêter à « Vasnes en Soulogne, petite paroisse peuplée de quelques vilains ».

L’histoire raconte que « le seigneur de Vasnes » proposa « gite et couvert pour faire honneur à la qualité de princesse » de Jeanne, qu’elle refusa pour dormir dans le foin d’une masure « petite, glaciale, sale et vulgaire », située « au nordet, non loin de l’église ».

Le vrai miracle du passage de Jeanne à Vannes réside sans doute dans le fait que ladite « masure » existe encore – du moins dans sa structure – après plus de 5 siècles. Est-ce vraiment un hasard ? Peut-être que la mémoire collective a préservé cet édifice justement et à cause du caractère « sacré » que Jeanne avait déjà de son vivant…

Toujours est-il que Jeanne quitte Vannes le 23 décembre pour se rendre à Jargeau via Tigy. Le 19 janvier, elle va à Orléans puis retourne aux environs de Bourges le 26 janvier ; en mars 1430, elle retraverse la Sologne pour se rendre à Sully-sur-Loire.

De là, elle partira le 28 mars vers Compiègne pour que s’accomplisse son destin : elle y sera capturée le 23 mai 1430.

La suite est connue de tous…

 

Mentions légales | Plan du site 20, route de Tigy - 45510 Vannes-sur-Cosson     Tél. : 02 38 58 04 17 - Fax : 02 38 58 67 92          © 2010-2017 MOM